Obione

Se Nourrir de la Cueillette Sauvage: Risques et Conseils

Partager cet article:

Robin Drilag

Apprendre à reconnaître les plantes sauvages comestibles dans l’objectif de se nourrir de la cueillette sauvage, c’est une formation de vie utile et de longue haleine. Il y a un nombre infini de plantes comestibles et de manières de les consommer.

Mais attention à ne pas tomber dans certains pièges et dangers de la cueillette sauvage de plantes comestibles !

Dans cet article, vous allez découvrir 7 plantes sauvages comestibles incontournables si vous souhaitez vous nourrir de la cueillette, puis vous allez comprendre quels sont les principaux dangers et pièges à éviter.

7 plantes incontournables pour se nourrir de la cueillette sauvage

🛈 Ceci est un top 7 sans échelle de valeur, toutes les plantes présentées ici sont incontournables et ont des qualités qui leurs sont propres.

1. Le trèfle

Trèfle à 4 feuilles
Trèfle à 4 feuilles

On en trouve vraiment partout dans les champs, et il se mange ! Vous pouvez consommer les feuilles du trèfle des prés cru en salade, ou frites à l’huile d’olive. En effet, le trèfle peut être consommé cuit en accompagnement de vos plats. Et avec un peu de chance, lors de la récolte, vous trouverez un trèfle à 4 feuilles 😉!

2. L’obione

Obione
Obione

L’obione, plante comestible de bord de mer que l’on peut retrouver en Bretagne par exemple. C’est une plante halophile, autrement dit, elle se développe dans des endroits où la teneur en sel est élevée. Vous pouvez la récolter entre la mi-avril et la mi-juilet. On la retrouve donc le plus souvent dans les estuaires et les fonds de baie. Vous pouvez consommer l’obione faux-pourpier crue dans des salades

3. Les orties 

Orties
Orties

On en voit partout lorsque l’on se promène dans les chemins en campagne. Même si on s’en plaint le plus souvent lorsque l’on se fait piquer par le bout de ses feuilles, l’ortie présente pourtant de très bonnes qualités nutritionnelles. Le mieux pour les ramasser est donc de vous équiper de gants pour éviter d’être en contact avec les micro-aiguilles et produits urticans. Vous pouvez consommer l’ortie de nombreuses manières : En soupe, en omelettes, en jus, en accompagnement de plats, etc…

4. Le pissenlit

Pissenlit
Pissenlit

C’est également un grand classique des plantes sauvages comestibles. La bonne nouvelle, c’est que sur le pissenlit, tout se mange ! Le pissenlit est une fleur qui peut être consommée en soupe, en salade, mais aussi infusées dans du sucre (miel de pissenlit). C’est une plante très riche en vitamines qui vous donnera toute l’énergie nécessaire à votre quotidien !

5. Les ronces 

Mûres qui poussent sur des ronces
Mûres qui poussent sur des ronces

Voici une plante qui produit des fruits délicieux. Du mois de juin au mois d’août, les ronces vont produire des mûres. Ce sont des baies très riches en vitamine C et en vitamine E. Vous pouvez bien évidemment les consommer crues, mais aussi en faire toutes sortes de recettes sucrées comme des confitures.

6. Les pâquerettes

Pâquerettes
Pâquerettes

Tout comme les pissenlits, les pâquerettes sont des fleurs sauvages comestibles que l’on retrouve partout dans les prés le printemps venu. Vous pouvez consommer leurs feuilles en potages, et ses fleurs dans des salades vertes ou des salades de fruits !

7. Le bambou

Pousses de bambou
Pousses de bambou

Et oui, il est rarement présent dans les listes de plantes sauvages comestibles, mais le bambou est pourtant une plante qui produit des pousses avec des valeurs nutritionnelles exceptionnelles (riches en vitamines, minéraux, acides aminés, etc…). Et l’avantage, c’est que l’on peut même en trouver en ville. La plupart des espèces de bambou sont comestibles, mais il faut bien les faire cuire avant de les consommer.

Vous pouvez récolter les jeunes pousses de bambou qui sortent de terre au début du printemps. Une fois cuites, elles peuvent être consommer en salades avec de la vinaigrette, ou dans des plats salés cuites avec des lardons par exemple. Je vous conseille l’excellent article du site internet Bambou en France si vous voulez en savoir plus sur la consommation de pousses de bambou.

Mises en garde si vous souhaitez vous nourrir de la cueillette sauvage

Attention, même si se nourrir de la cueillette sauvage est une excellente idée, il y a aussi des mesures de précaution à prendre en compte. En voici les principales.

Les plantes sauvages comestibles qui poussent sur des sites pollués

Attention à la cueillette de plantes sauvages sur des sites pollués
Attention à la cueillette de plantes sauvages sur des sites pollués

De nombreuses zones laissées en friches, notamment en périphérie urbaine, peuvent en fait être des zones polluées.

Il vous appartient donc de bien faire attention à vos zones de collecte de plantes sauvages comestibles.

Si vous avez des doutes, je vous conseille de demander à la mairie plus d’informations sur votre zone de collecte. Ensuite, vous pouvez aller demander aux riverains s’ils ont plus d’informations sur la question. Enfin, certains signes peuvent aussi vous alerter : Y’a-t-il une usine à proximité ? Une décharge ? Sentez-vous une odeur « non naturelle » ? Le sol a l’air t’il saint ? Etc…

Les plantes sauvages qui poussent en proximité de parcelles agricoles traitées

Ne pas ramasser près des zones agricoles récemment traitées
Ne pas ramasser près des zones agricoles récemment traitées

Si vous ramassez des plantes sauvages comestibles en proximité de zones agricoles cultivées intensivement, il peut être intéressant d’éviter de ramasser les plantes sauvages juste au bord des champs.

Les concentrations en produits phytosanitaires utilisés par les agriculteurs sont généralement minimes, mais cela peut au moins nécessiter un petit rinçage avant la consommation, si des traitements viennent juste d’être faits sur le champs à côté duquel vous ramassez vos plantes.

Êtes-vous bien sûr d’avoir la bonne plante entre les mains ?

Attention, se nourrir de plantes sauvages comestibles nécessite de l’expertise ! Si vous ramassez des plantes sauvages comestibles comme celles que j’ai énuméré dans la première partie de l’article, il y a peu de chances que vous vous trompiez.

En revanche, si vous commencez à cueillir des plantes sauvages un peu moins connues, soyez vigilants sur leur identification.

Certaines plantes ou fruits peuvent être facilement confondables avec d’autres ! C’est le cas par exemple des marrons d’Inde que l’on pourrait prendre pour des châtaignes, de l’Œnanthe safranée qui ressemble à la carotte sauvage, ou encore de la digitale qui ressemble à la consoude.

Comment apprendre à reconnaître des plantes sauvages comestibles ?

Vous pouvez apprendre à reconnaître des plantes sauvages comestibles de 2 manières:

  • En consultant des flores sur lesquelles vous pourrez identifier les plantes que sauvages que vous cueillez
  • En participant à des formations et en accumulant de l’expérience

Un exemple de « salade » sauvage toxique: La mercuriale

Attention, toutes les plantes qui ont de belles feuilles vertes ne sont pas comestibles. Il y a des plantes sauvages toxiques que vous ne devez pas manger en salages.

On peut citer comme exemple de « salade sauvage toxique la mercuriale que l’on retrouve très communément dans les jardins et qui est considérée comme une adventice.

En effet, cette salade sauvage toxique peut provoquer des troubles digestifs graves comme le souligne le très bon article du site leodamgan.

Attention à la préparation de vos plantes

Bien préparer les plantes sauvages cueillies
Bien préparer les plantes sauvages cueillies

De nombreuses plantes sauvages comestibles peuvent se consommer crues. En revanche, certaines contiennent des toxines, et il convient donc de les faire cuire avant de les manger.

C’est par exemple le cas du bambou que nous avons cité plus haut. Les pousses de bambou contiennent du cyanure (tout comme les pépins de pomme) et il convient donc de les faire bouillir avant de les consommer.

En général, toutes ces informations peuvent être trouvées sur internet assez facilement. Vérifiez tout de même avant de vous trouver su un site fiable. Au mieux, l’idéal serait de faire une formation avec un expert dans le domaine.

Peut-on se nourrir uniquement de la cueillette de plantes sauvages comestibles ?

Se nourrir uniquement de plantes sauvages comestibles
Se nourrir uniquement de plantes sauvages comestibles

Les plantes sauvages comestibles contiennent une très grande diversité de nutriments essentiels à notre développement.

Cependant, si vous souhaitez vous nourrir uniquement de la cueillette de plantes sauvages comestibles, certains freins peuvent se présenter :

  • La saisonnalité des plantes sauvages comestibles : En hiver, vous trouverez beaucoup moins de plantes sauvages comestibles qu’au printemps. Vous pouvez bien sûr faire des réserves pour l’hiver, mais cela vous demandera une grande quantité d’énergie et de savoir-faire.
  • Le temps de cueillette : Pour ce point, cela dépend de votre rythme de vie. Mais si vous avez un travail, des enfants, etc… Vous n’aurez probablement pas le temps de passer des heures par semaine à cueillir des plantes sauvages comestibles.
  • Les apports nutritifs : Certes, les plantes sauvages comestibles apportent de nombreux nutriments. Cependant, il s’agit pour l’essentiel de plantes vertes et donc peu caloriques. Si vous avez un travail physique, difficile d’avoir toute l’énergie nécessaire seulement avec ces plantes. Le mieux sera donc d’avoir une culture d’appoint à côté, comme une culture de pommes de terres par exemple. Ou d’acheter des aliments dans les commerces, comme des pâtes.

La réglementation sur la cueillette des plantes sauvages comestibles

Dernier point et non des moindres : C’est la réglementation sur les plantes sauvages comestibles ! En effet, en particulier si vous êtes dans des espaces protégés, il peut y avoir des règles strictes concernant la collecte des plantes sur ces zones.

Ainsi, si ce n’est pas écrit directement sur un panneau, vous pouvez consulter le site internet de l’INPN sur lequel se trouve la liste des espèces végétales protégées sur l’ensemble du territoire français métropolitain. 

Pour en savoir plus sur la réglementation relative à la cueillette des plantes sauvages comestibles, je vous conseille aussi l’article du site internet cuisine sauvage qui aborde ce sujet avec précision.

Vous en savez maintenant plus pour vous nourrir de la cueillette de pllantes sauvages comestibles. N’hésitez pas à laisser un commentaire si vous avez des questions !

A bientôt,

Mathieu


Partager cet article:

6 réflexions sur “Se Nourrir de la Cueillette Sauvage: Risques et Conseils”

  1. Ping : Que Faire en Cas de Guerre Civile en France ? - Autonomie & Survivalisme

  2. Ping : Liste du Matériel Survivaliste: 27 Equipements à Avoir - Autonomie & Survivalisme

  3. Ping : Comment Devenir Survivaliste en France en 10 Etapes ? - Autonomie & Survivalisme

  4. Ping : Devenir Autonome en Nourriture: Guide Etape par Etape - Autonomie & Survivalisme

  5. Ping : S'occuper à la Campagne: 25 idées - Autonomie & Survivalisme

  6. Ping : Vivre en Autonomie Sans Travailler ? Guide Complet - Autonomie & Survivalisme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *