Devenir autonome en nourriture, c'est renoncer au supermarché

Devenir Autonome en Nourriture: Guide Etape par Etape

Partager cet article:

Robin Drilag

Devenir autonome en nourriture est un processus qui peut durer plusieurs mois à plusieurs années avant d’y arriver. Cependant, c’est un processus qui peut être simple si l’on s’en donne les efforts.

Être autonome en alimentation est une grande étape dans votre indépendance. Tant que vous dépendez des autres pour vous nourrir, vous avez finalement assez peu de sécurité.

Que se passerait-il si les chaines d’approvisionnement en nourriture rencontraient un quelconque problème ?

Si vous ne pouvez pas produire votre nourriture, vous risquez de mourir de faim ou d’être obligé d’aller mendier.

Dans cet article, vous allez découvrir un plan en 5 étapes simples pour devenir autosuffisant alimentaire.

1. Se former auprès de personnes expérimentées

Se former auprès de personnes expérimentées
Se former auprès de personnes expérimentées

La première étape pour devenir autonome en nourriture, c’est de se former. Si vous pouvez suivre une formation dans une ferme autonome (en essayant de ne pas vous ruiner vu le prix de certaines formations !), alors n’hésitez pas à le faire.

Sinon, il existe de nombreux livres dans différents domaines qui pourront vous permettre d’avoir des connaissances essentielles pour atteindre l’indépendance alimentaire.

Voici quelques exemples de thèmes sur lesquels il est important d’avoir des connaissances :

  • L’agriculture – La permaculture – Le jardinage
  • Le bushcraft, qui consiste à réapprendre des techniques ancestrales pour s’alimenter et évoluer dans la nature
  • L’identification des plantes comestibles : C’est un indispensable, vous serez surpris de voir toutes les plantes comestibles autour de nous. Et vous connaîtrez celles qu’il ne faut surtout pas manger ! Je vous conseille de lire mon article pour apprendre comment se nourrir de la cueillette sauvage pour en savoir plus.
  • La construction d’abris et d’outils avec du bois

Le chemin vers l’indépendance alimentaire est passionnant. Vous y développerez de nombreuses connaissances de grande valeur, qui assureront votre sécurité et celle de votre famille de manière durable.

2. Faire un état des lieux alimentaire

Devenir autonome en nourriture, c'est renoncer au supermarché
Devenir autonome en nourriture, c'est renoncer au supermarché

Avant de vous lancer dans un projet d’autonomie alimentaire, vous devez également être honnête avec vous-même :

Êtes-vous vraiment prêt(e) à sauter le pas ?

Ce que je veux dire par là c’est qu’en choisissant l’autonomie alimentaire, il faut bien avoir conscience qu’il y aura beaucoup plus d’efforts à fournir que d’aller dans un supermarché pour prendre sa nourriture.

Si vous n’êtes pas sûr à 100% d’être capable, et de vouloir fournir les efforts pour vous nourrir vous et votre famille, peut-être pouvez vous commencer par la constitution d’un petit jardin chez vous, pour voir si cette activité vous plait.

Même dans un appartement avec un balcon, vous pouvez essayer de faire pousser des fruits et légumes pour vous entraîner.

Une fois que vous serez sûr à 100% de vouloir franchir le cap, alors vous pouvez passer aux étapes suivantes.

Bien sûr, si vous avez déjà un terrain que vous pouvez exploiter, vous pouvez essayer progressivement de devenir autonome en nourriture. Les choses sont différentes, puisque vous aurez beaucoup moins d’investissement financier et en temps à passer pour le choix de la région et du bon terrain.

3. Choisir une région avec de bonnes qualités pédoclimatiques

Retirer les feuilles mortes du sol
Avoir une bonne terres est important

Un point également important lorsque l’on souhaite devenir autonome en nourriture, c’est de choisir un endroit productif.

Certaines régions réunissent de meilleures qualités pédologiques et climatiques que d’autres. Et il vous faut aussi anticiper le futur : Est-il raisonnable de choisir un terrain dans le sud de la France en sachant que plus les années passent, et plus de sévères périodes de sécheresse apparaissent ?

Pour choisir le terrain sur lequel vous établir, voici une checklist à vérifier :

  • Quelle est la pluviométrie du département ? Il est mieux de choisir des départements pluvieux au printemps et en été, qui vous éviteront de devoir trop irriguer en été.
  • Quelles sont les qualités texturales du sol ? L’idéal est d’éviter de vous établir sur un terrain très argileux sensible à l’hydromorphie. Là encore, certains départements ont en général de très bonnes terres, comme les départements du Grand-Ouest (Bretagne, Pays de Loire)
  • Quelles sont les températures enregistrées ? Il vaut mieux opter pour des départements au climat doux, qui vous éviteront de devoir faire face aux gelées tardives qui peuvent nuire à vos fruits et légumes si vous n’avez pas de serre.

4. Sélectionner un terrain isolé avec une source d’eau

Il est bien de pouvoir avoir une pièce d'eau
Il est bien de pouvoir avoir une pièce d'eau

Une fois que vous avez sélectionné la région dans laquelle vous souhaitez vous établir pour devenir autonome en nourriture, vous devez choisir un bon terrain.

Comme pour le choix de la région, il y a quelques éléments importants à regarder dans le choix du terrain. Voici les principaux:

La source d’eau

Y’a-t-il un plan d’eau ou une autre source d’eau sur votre terrain ?

Pour la culture de fruits et légumes, il est essentiel de pouvoir irriguer. Si vous n’avez aucune source d’eau sur votre terrain, mieux vaut en choisir un autre car vous aurez des difficultés à devenir autonome en nourriture.

L’accessibilité du terrain

Le terrain est-il isolé du regard des gens ? Y’a-t-il une route passante juste à côté ? Il est toujours mieux que vos productions soient cachées, non visibles des gens qui pourraient passer le long d’une route ou d’un chemin et venir cueillir vos fruits et légumes en votre absence.

Même si le partage est important, il doit être consenti ! (Attention, cela ne signifie pas que vous devez habiter au beau milieu de nulle part ! Vous pouvez très bien trouver un petit coin isolé auprès d’une ville)

L’isolation du vent

Etes-vous exposé au vent ? Pour votre confort sur le long terme, il est plus agréable d’avoir un terrain isolé du vent.

Vous allez y passer beaucoup de temps pour devenir autonome en nourriture, et pour que le fait de produire de la nourriture reste un plaisir pour vous, le confort doit entrer dans les critères de sélection du terrain.

De plus, le vent induit un stress mécanique sur les feuilles et augmentent leur déshydratation, ce qui nuit aux rendements obtenus.

Les pollutions environnementales et sonores

Il s’agit d’un point essentiel dans le choix de votre terrain pour devenir autonome en nourriture. Il est important de vous renseigner auprès de la mairie sur les éventuelles pollutions autour de votre terrain.

Une fois les renseignements demandés à la mairie, n’hésitez pas à faire vos propres observations pour valider ce qui a été dit.

Par exemple, choisir un terrain juste à coté d’une usine, ou encore d’une centrale nucléaire est fortement déconseillé pour devenir autonome en nourriture.

Également, pour votre confort, la pollution sonore est à prendre en compte.

Vérifiez la présence ou non de routes avec un trafic important, ou encore la présence de voies ferrées ou d’aéroports.

L’environnement

Pour devenir autonome en nourriture, faire son propre potager est bien entendu indispensable. Mais il y a aussi d’autres moyens d’avoir accès à de la nourriture gratuite en abondance : Les forêts, les bords de chemins, etc… Tous ces endroits regorgent de plantes comestibles.

Vous pouvez y trouver des mûres, des châtaignes, des orties, des champignons et plein d’autres aliments délicieux et naturels ! Pour en savoir plus, vous pouvez lire mon article sur la cueillette sauvage.

Si vous avez le choix entre plusieurs terrains, le mieux est donc d’en choisir un à proximité d’une forêt, ou proche de réservoirs de biodiversité.

5. 1000 m² par personne suffisent pour devenir autonome en nourriture

Jardin à la campagne
Jardin à la campagne

La taille du terrain pour votre projet d’autosuffisance alimentaire est un point important. Les fermes de plusieurs centaines d’hectares peuvent nous faire penser qu’il faut une surface très importante pour pouvoir se nourrir.

Cependant, pour 1 seule personne, un terrain de 1000 à 2000 m² devrait suffire.

Ce chiffre dépendra de la qualité agronomique du sol, des conditions climatiques, et de vos compétences agronomiques et culturales.

Pour l’autosuffisance alimentaire d’une famille de 4 personnes, comptez 4000 m² à 5000 m².

Bien gérée, une ferme utilisant les techniques de permaculture peut produire de grandes quantités de nourriture sur de petits espaces.

6. Devenir autonome en nourriture grâce à la nature

Apprendre à se nourrir dans la nature
Apprendre à se nourrir dans la nature

Nous l’avons évoqué plus haut, lorsque l’on souhaite devenir autosuffisant alimentaire, le jardin n’est pas forcément la seule source de nourriture possible.

D’ailleurs, nos ancêtres le chasseurs cueilleurs se nourrissaient essentiellement avec ce mode de vie. La chasse, la pêche et la cueillette sont les premières méthodes d’accès à la nourriture qui ont été développées par l’homme. Même si ce mode de vie et d’alimentation qui était prépondérant au Paléolithique a presque disparu aujourd’hui, il n’en reste pas moins efficace !

Vous pouvez donc associer votre production alimentaire via votre parcelle agricole à la cueillette de plantes comestibles aux alentours de votre ferme.

7. Aider les autres à devenir autonome en nourriture

Partager avec son entourage
Partager avec son entourage

Lorsque vous aurez atteint l’autonomie alimentaire et que votre production agricole sera donc suffisante pour vous nourrir vous et votre famille, vous pouvez partager vos connaissances avec votre entourage.

Beaucoup de personnes aimeraient pouvoir devenir autonome en nourriture mais n’agissent pas par manque de connaissances sur le sujet.

D’ailleurs, peut-être que l’idée de votre projet est vous aussi venue en découvrant que d’autres le font et y arrivent ?

En partageant vos connaissances, vous recevrez souvent également beaucoup. Les gens sont souvent reconnaissants lorsqu’on leur apprend de nouvelles choses, et cela ne pourra être que bénéfique pour votre vie future dans votre base de production alimentaire.

De plus, si vous proposez des informations de qualités, vous pouvez tout à fait proposer une formation payante à ceux qui souhaitent apprendre. La boucle est bouclée 😉 !

Vous savez maintenant comment vous y prendre pour devenir autonome en nourriture. N’hésitez pas à partager cet article avec vos amis pour qu’ils puissent à leur tour gagner en indépendance et en sécurité !


Partager cet article:

1 réflexion sur “Devenir Autonome en Nourriture: Guide Etape par Etape”

  1. Ping : Comment Vivre en Autarcie en France ? - Autonomie & Survivalisme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *